Développement personnel

Suis-je légitime ?

As-tu déjà eu cette impression de ne pas être légitime à faire telle ou telle chose ?
De ne pas avoir assez de compétences, d’envies ou de talents pour la réaliser ?
Ce sentiment est de plus en plus présent chez moi, je ne me sens pas légitime d’avoir réussi mes études par exemple ou d’avoir décrocher mon poste actuel. Est-ce qu’on est réellement légitime de vivre ce que l’on vit ? Y a-t-il des règles pour se sentir légitime ?

Qu’est-ce que la légitimité ?

La notion de légitimité va de paire avec la notion de confiance en soi.
Se sentir légitime c’est de s’accorder le droit d’être « assez bien, assez bon, assez compétent » pour réaliser quelque chose. On peut retrouver cette notion dans le monde professionnel avec un changement de poste, un nouveau projet pour lequel on ne se sent pas assez compétent, diplômé ou expérimenté pour le réaliser. On retrouve ce sentiment dans sa vie personnelle lorsque l’on fait face à une situation pour laquelle on ne sentait pas capable de la réaliser pleinement… mais qu’au final, on réussit à affronter.
Face aux autres, nous avons toujours cette tendance à nous comparer. Lorsque notre confiance en nous n’est pas assez développée, on a le réflexe de penser que l’autre saura toujours mieux agir et faire que nous. Les personnes qui ne se sentent pas légitime ont tendance à expliquer leur réussite avec la chance, cette fameuse bonne étoile, alors qu’en réalité, leur réussite est expliquée par leurs efforts.

Le syndrôme de l’imposteur : Si j’ai réussi, c’est que…

… c’est que j’ai rencontré les bonnes personnes, j’ai beaucoup de chance, je suis arrivée au bon timing. Si je réussis, c’est forcément grâce à toutes les raisons possibles et imaginables sauf grâce à moi. Le syndrome de l’imposteur n’est pas un vrai trouble psychologique mais un syndrome qui est de plus en plus étudié par le monde de la psychologie. Ce syndrome te fait penser que malgré tes réussites scolaires, professionnelles ou personnelles, tu as seulement eu de la chance et le hasard de ton côté. Tu as l’impression d’être une « fraude » et de ne pas avoir de légitimité à faire ce que tu as envie de faire. Tu as toujours cette impression que les autres seront toujours plus compétents que toi, et que même lorsque tu réussis, une autre personne l’aurait certainement mieux fait.
Ce syndrome montre une exigence très élevée envers toi-même, tu ne seras jamais assez bien pour être légitime.
Voici les principales caractéristiques du syndrome de l’imposteur : des doutes sur tes capacités, manque de confiance en toi, faible estime de toi, peur de l’échec et une comparaison excessive avec les autres. Si tu te reconnais, tu as sûrement des chances d’être victime de ce syndrome !

Comment se sortir de ce sentiment d’ illégitimité ?

Généralement, lorsque tu as ce faible sentiment de légitimité, tu as cette tendance à avoir une haute exigence envers toi et à ne pas accepter les compliments des autres. Personnellement, j’ai beaucoup de mal à accepter les compliments des autres sur mon travail et j’ai cette tendance à toujours avoir l’impression de ne pas être assez bien pour réaliser certaines choses.

Afin de combattre ce syndrome, il est nécessaire d’être accompagné. Il faut d’abord trouver les raisons pour lesquelles tu te sens moins légitime qu’un autre. Analyser ton histoire, revenir sur ton éducation, repenser ton enfance/adolescence pour retrouver les failles de la confiance en toi.
En détectant ces failles, tu vas pouvoir mieux comprendre ton mécanisme psychique et adapter les méthodes de développement personnel à ton fonctionnement.
Plusieurs méthodes existent : la psychologie par la pensée positive, la méditation, etc.
Je vous ferai un article prochainement sur toutes les méthodes de psychologie positive.

Mon petit témoignage

J’ai compris que j’étais sûrement en plein dans ce syndrome quand un professeur de ma dernière année de master m’a fait prendre conscience que je n’avais jamais connu l’échec, et que cette peur d’échouer me bloquait dans la réalisation de mes envies. J’ai toujours eu cette exigence envers moi, car les autres l’ont toujours eu également. Je ne pouvais pas échouer, je ne pouvais pas me tromper, revenir sur ce que je faisais. On avait un tel niveau d’exigence que d’imaginer décevoir mes proches était inconcevable pour moi.
Je n’ai donc jamais osé me lancer, réaliser mes envies, tenter de nouvelles choses, me lancer dans l’inconnu. Je restais dans la facilité, je planifiais tout sur plusieurs mois comme si ma vie était déjà écrite d’avance. Je vivais dans une bulle où, chaque année de ma vie, je me devais de réaliser un tel objectif. Je ne pouvais pas laisser place au hasard, car le hasard rime avec risque et prendre un risque peut décevoir les autres…
Sortir de ce mécanisme prend du temps, mais n’est pas impossible !

Vous pourriez aussi aimer...